Récupération eau de pluie

[...]La récupération d’eau de pluie permet de réaliser des économies substantielles[...]

Durant les 10 dernières années, le prix de l’eau a augmenté d’environ 93%, et augmente chaque année de 10%. On estime qu’en 2011, le prix moyen du m3 d’eau avoisinera les 5 €.

La récupération d'eau de pluie ruisselant sur le toit, est réalisée par les gouttières et descentes de gouttières vers un filtre collecteur qui permet de débarrasser l'eau de pluie  de tous les débris végétaux (mousses, lichens, feuilles...). L'eau de pluie filtrée est ensuite conduite vers une citerne pour y être stockée en attendant d'être utilisée.

Une cuve classique, placée le long d'une gouttière,  permet de récupérer l'eau de pluie pour nettoyer une terrasse, arroser  les  jardinières ou le potager. Il s'agit d'un système d'appoint (200 à 1000 litres) avec une autonomie modeste.

Pour bénéficier d'un second circuit de récupération de l’eau de pluie pour les sanitaires, une famille de quatre personnes dans une maison moyenne de 100 m² devra recourir aux cuves enterrées (4000 à 8000 litres), avec son propre système de pompage autonome.

Le contrôle et l’entretien d’une installation de récupération d’eau de pluie sont des points essentiels à ne pas négliger, pour garantir la longévité de l’ensemble des équipements.

La France accuse un retard important pour la récupération de l’eau de pluie par rapport à ses voisins européens (Allemagne, Belgique,…), l’idée de récupérer l’eau de pluie semble faire son chemin chez nombre de particuliers, pour des raisons d’économies et de respect de l’environnement.

La récupération d’eau de pluie est interdite pour :

  • Les établissements de santé, sociaux, médicaux-sociaux, hébergement personnes âgées,
  • Les cabinets médicaux, cabinets dentaires, laboratoires d’analyses de biologie médicales et établissements de transfusion sanguine,
  • Les crèches, écoles maternelles et élémentaires.

éco construction

 
Haut de page