Maison écologique

[…]La maison écologique doit permettre d’émettre le moins de polluants possible, tout en réduisant ses besoins en énergie et les pertes liées[…]

Une maison écologique est une maison plus respectueuse de l’environnement. Pour obtenir cet objectif, on va agir à la fois au niveau de la conception du bâtiment, de ses installations (eau, chauffage ), ou du type de matériaux utilisés.

- Orientation de la maison écologique :

 Dans une région tempérée ou modérément froide, on choisit la meilleure orientation en terme d’ensoleillement c'est-à-dire que l’on va orienter les ouvertures de la maison du cotés sud, des haies protègeront le nord, les formes ramassées permettront de limiter les déperditions de chaleur. A contrario, dans des climats plus chaud (climat méditerranéen), on plantera des  arbres du cotés sud de la maison afin de la  protéger du soleil et donc de la chaleur, des vitres électrochromes (qui s’assombrissent au soleil) pourront être installées.

- Matériaux de construction et isolation :

Emballée chaudement dans une épaisseur importante d'isolationthermique, la  maison passive  subit une perte de chaleur très limitée. Les besoins en chauffage nécessaires sont presque réduits à néant.

Les éco-matériaux sont mis à l’honneur dans la maison écologique :

  • Chanvre

  • Bois : ossature, charpente, bardage, panneaux , menuiseries, couverture…

  • Laine, plumes, duvet…

  • Cellulose (papier recyclé) : vrac, en granulés, projetée…

  • Paille : panneau de paille compressée, en ballot…

  • Liège

  • Lin

  • Coton

  • Terre crue, etc.

maison ecologique

L'isolation par l'intérieur est proscrite, car elle génère des ponts thermiques (au niveau des dalles, cloisons, balcons...).

L'isolation par le matériau du mur lui-même, par exemple : maison à ossature bois ou briques monomur), est l’idéal mais une épaisseur minimale doit être respectée !

La fenêtre est, d'un point de vue thermique, le maillon faible de la paroi extérieure. C'est à travers elle que se perd la plus grande partie de la chaleur. Mais, dans le même temps, elle laisse pénétrer le rayonnement solaire qui participe à chauffer le bâtiment.

Dans la maison écologique, la déperdition de chaleur d'un double vitrage classique peut  être encore diminuée de moitié par l'utilisation d'un triple vitrage à basse émissivité. Le point faible n'est désormais plus la surface vitrée, mais le châssis de fenêtre, ce qui mène à favoriser un nombre restreint de grandes surfaces vitrées plutôt qu'une multitude de petites fenêtres.

L'utilisation d'un triple vitrage augmente le confort thermique par sa température de surface voisine de l'air intérieur. Par ailleurs, l'utilisation de fenêtres de grande taille laisse pénétrer plus de chaleur et de lumière naturelles.

Utilisation d’énergies renouvelables et économie d’eau :

La maison peut aussi contribuer à produire une partie de l’énergie qu’elle consomme. Selon les cas, là encore, il s’avèrera plus efficace de se tourner vers le photovoltaïque (énergie solaire), l’éolien ou la géothermie.

Pour être complet, mentionnons la gestion de l’eau (installations à bas débit et récupération de l’eau de pluie…) ou celle des déchets (tri sélectif, WC secs permettant d’alimenter le compost local…).

 Un puits canadien (ou provençal), un système de canalisations d’air maintenant les pièces à température constante tout en contribuant à l’aération des pièces peut être utilisé dans une maison écologique.

Le coût d’une maison écologique :

Une maison écologique représente un surcoût de 10 à 15% par rapport à une habitation classique. Mais celui-ci sera amorti en quelques années, principalement grâce aux économies réalisées sur les dépenses de chauffage et d’électricité

Pour réduire les coûts aux différentes étapes, il existe par ailleurs un crédit d’impôt en vigueur jusqu’en 2009, variable selon les types d’équipements. Des aides sont également apportées dans le domaine du solaire à l’échelle des régions et des communes.

Marché en France :

La construction écologique est encore limitée (environ 5% du marché de la maison individuelle), l’intérêt des particuliers est réel et croissant.



Haut de page