Greenwashing

[...] Une marque qui fait du greenwashing suggère que ses produits sont bénéfiques pour l’environnement, ou qu’elle fait des efforts en ce sens, même si ce n’est pas vrai [...]

Greenwashing est un terme anglophone pouvant être traduit par "verdissement d'image". Le greenwashing consiste à mettre en avant les efforts d’une entreprise en termes de développement durable et de protection de l’environnement, alors que ces efforts ne sont pas réels, ou moins avancés que ce qui est prétendu en termes de communication. Le greenwashing est donc surtout présent dans les publicités mais il est également utilisé pour désigner le rapprochement d'une entreprise avec l'ONU dans le cadre du Global Compact (Pacte Mondial en français). Avec ce pacte, les entreprises s’engagent à aligner leurs opérations et leurs stratégies sur dix principes universellement acceptés touchant les droits de l’homme, les normes du travail, l’environnement et la lutte contre la corruption.

Une marque qui fait du greenwashing suggère que ses produits sont bénéfiques pour l’environnement, ou qu’elle fait des efforts en ce sens, même si ce n’est pas vrai.

Le greenwashing peut aussi consister à mettre en avant un point particulier du produit donnant à penser qu’il protège l’environnement. Le greenwashing laisse généralement des zones d’ombre sur les procédés de fabrication ou des éléments de composition moins reluisants ou moins attractifs.

En avril 2008, Autorité de Régulation Professionnelle de la Publicité (l’ARPP), et le ministère du Développement Durable ont signé une charte d’engagements et d’objectifs pour une publicité éco-responsable. Elle établit notamment deux principes : les annonceurs n'ont pas le droit de faire de pub mensongère sur les thèmes de l’écologie et de l’environnement ni d'inciter « à des comportements incivils ou contraires à la protection de l’environnement ».

Et pour, encore, plus de régulation de la publicité qui utilise des arguments écologiques, l’Alliance pour la Planète vient de mettre en ligne son propre organe de veille : l’Observatoire Indépendant de la Publicité (OIP).

L’OIP peut être saisie par toute personne suspectant une entreprise de faire du « Greenwashing ». Le spot publicitaire est évalué par des experts associatifs et des professionnels de la communication. Les internautes peuvent également

home

 
Haut de page