Economie eau

[…] Les différents méthodes d'économie d'eau  [...]

 L’eau se trouve en général dans son état liquide et possède à température ambiante des propriétés uniques : c’est notamment un solvant efficace pour la plupart des corps solides trouvés sur Terre — l’eau est quelque fois désignée sous le nom de « solvant universel ».

Le corps humain est composé à 65 % d’eau pour un adulte, à (75 % chez les nourrissons), voire à 94 % chez les embryons de 3 jours.

Près de 70 % de la surface de la Terre est recouverte d’eau (97 % d’eau salée et 3 % d’eau douce).

Le volume approximatif de l'eau de la Terre (toutes les réserves d'eau du monde) est de 1 360 000 000 km3. Dans ce volume :

  • 97,2 % se trouve dans les océans et les mers,

  • 1,8 % se trouve dans les glaciers et les calottes glaciaires,
  • 0,9 % sont des eaux souterraines,
  • 0,02 % sous forme d'eau douce dans les lacs, les mers intérieures, et les fleuves,
  • 0,001 % sous forme de vapeur d'eau atmosphérique à un moment donné.

L'eau est conjointement, dans les sociétés d'abondance comme la France, un produit de l'économie et un élément majeur de l'environnement.

Utilisations et consommations mondiale :

En quantité, l’activité humaine qui consomme le plus d’eau traitée est l’agriculture, avec 68 % de la consommation, viennent ensuite la consommation humaine (24 %), l'industrie (5 %) et la production d'énergie (3 %).

En 2007, sur 6,4 milliards d'êtres humains, plus d'un milliard n'a pas du tout accès à l'eau potable et plus de 2,5 milliards ne disposent pas de système d'assainissement d'eau. Aujourd'hui, dans le monde, 2 milliards d'êtres humains dépendent de l'accès à un puits. Il faudrait mobiliser 30 milliards de dollars par an pour répondre au défi de l'eau potable pour tous, quand l'aide internationale est à peine de 3 milliards.

La consommation d'eau est très inégale selon les niveaux de développement des pays :

  • 3000 m³/habitant/an dans les pays européens.
  • 9985 m³/habitant/an aux États-Unis.
  • 200 m³/habitant/an dans des pays en développement comme l'Angola ou l'Éthiopie.
  • 20 litres par jour par habitant au Mali ou à Haïti.

L’eau en France

La nouvelle Loi sur l'Eau et les Milieux Aquatiques (LEMA) de 2007 modifie en profondeur la précédente loi et traduire dans la législation française la Directive Cadre de l'Eau (DCE) européenne.

La France est le pays des grandes entreprises de l'eau (Suez, Véolia...). Celles-ci prennent un importance mondiale depuis les années 1990. Mais avec le Grenelle de l'Environnement et du grenelle de la mer, et sous l'égide de personnalités telles que Riccardo Petrella, la question de l'eau comme bien public reste posée.

Un colloque a en 2009 porté sur la régulation et une plus grande transparence des services d'eau en France.

Economie eau : la récupération de l’eau de pluie

La collecte de l’eau de pluie existe déjà, sous forme législative, via la loi sur l’eau et les milieux aquatiques (LEMA) du 31 décembre 2006. Cette loi, qui instaurait un crédit d’impôt, était incomplète car ne dictant pas clairement quelle utilisation pouvait être faite de l’eau de pluie collectée. Ce manque est aujourd’hui comblé, avec un nouvel arrêté précisant les usages autorisés à l’intérieur des bâtiments.

  • L’eau de pluie collectée à l’aval de toitures inaccessibles peut être utilisée pour des usages domestiques extérieurs au bâtiment. L’arrosage des espaces verts accessibles au public est effectué en dehors des périodes de fréquentation du public.
  • A l’intérieur d’un bâtiment, l’eau de pluie collectée à l’aval de toitures inaccessibles, autres qu’en amiante-ciment ou en plomb, peut être utilisée uniquement pour l’évacuation des excrétas et le lavage des sols.
  • L’utilisation d’eau de pluie collectée à l’aval de toitures inaccessibles est autorisée, à titre expérimental, pour le lavage du linge, sous réserve de mise en œuvre de dispositifs de traitement de l’eau adaptés et :
    • que la personne qui met sur le marché le dispositif de traitement de l’eau déclare auprès du ministère en charge de la santé les types de dispositifs adaptés qu’il compte installer ;
    • que l’installateur conserve la liste des installations concernées par l’expérimentation, tenue à disposition du ministère en charge de la santé.

Cependant l’utilisation d’eau de pluie n’est pas autorisée dans tous les établissements :

  • établissements de santé et établissements sociaux et médicaux-sociaux, d’hébergement de personnes âgées ;
  • cabinets médicaux, dentaires, laboratoires d’analyses de biologie médicale et établissements de transfusion sanguine ;
  • crèches, écoles maternelles et élémentaires.

Les usages professionnels et industriels de l’eau de pluie sont autorisés,à l’exception de ceux qui requièrent l’emploi d’eau destinée à la consommation humaine.

Méthodes d’économie d’eau :

  • Utilisation  d’un baril ou d’un grand récipient pour l’entretien des espaces verts et économie eau
  • Utilisation d’une rampe d’arrosage pour l’irrigation goute à goute et économie eau d’environ 70%
  • Paillage au pied des plantes avec des copeaux de bois, des arbustes et des arbres pour absorber l’eau et conserver l’humidité. (voir www.copobois.com)
  • Gardez la pelouse à une hauteur d’environ 5 à 8 cm, pour retenir l’humidité.
  • Choisissez des arbustes, des arbres, des plantes et des couvre–sols végétaux indigènes (poussant spontanément dans une région donnée sans aucune intervention humaine).
  • Les toilettes sèches, aussi appelées toilettes à compost, toilettes à litière sèche, permettent également une économie d’eau. Ce sont des toilettes qui n'utilisent pas d'eau. Il est donc possible de récupérer les excréments pour en faire du compost ou de la bio méthanisation. L'intérêt des toilettes sèches est de ne pas utiliser d'eau et permet donc d’éviter le gaspillage de trois à douze litres d'eau potable à chaque utilisation. Dans les pays occidentaux, environ 35 % à 40 % de l'eau potable passe à l'égout, principalement dans les zones urbanisées, la fosse septique étant plus courante dans les zones rurales.

éco construction

 
Haut de page