Eco materiaux

[…]Les éco matériaux ont moins d’impacts négatifs sur l’environnement […]

Les bâtiments représentent 23% des émissions de C02 et 46% de la consommation d’énergie finale. La tendance va en s'aggravant : la consommation d’énergie des bâtiments a augmenté de 30% au cours des trente dernières années. Plusieurs facteurs expliquent cette tendance : l’accroissement du parc des bâtiments (+ 41% du nombre de logements en 30 ans), l’accroissement de la surface moyenne des logements, l’augmentation du confort et l’apparition de nouveaux besoins (électroménager, éclairage, bureautique, climatisation, ventilation...etc.). Le secteur du bâtiment représente donc un énorme élément impactant l’environnement d’où la nécessité d’introduire des éco matériaux pour diminuer ces impacts.

Les eco materiaux sont mis à l’honneur dans la construction durable.

Les eco materiaux actuellement utilisés sur le marché des matériaux de construction sont  à base de :

  • Chanvre

  • Bois : ossature, charpente, bardage, panneaux (fibre), menuiseries, couverture…

  • Laine, plumes, duvet…

  • Cellulose (papier recyclé) : vrac, en granulés, projetée…

  • Paille : panneau de paille compressée, en ballot…

  • Liège

  • Lin

  • Coton

  • Terre crue, etc.

Certains éco matériaux vont se développer plus que d'autres : ceux qui sont techniquement faciles à stocker et poser.

Par exemple, la ouate de cellulose permet le stockage en vrac mais compressée elle prend moins de place. Cet eco materiau  ne produit pas de déchet parce que tout ce qui n'est pas utilisé sur un chantier sert sur le chantier suivant. Sa mise en œuvre est facile grâce à la machine à projeter, l’eco materiau est donc un matériau moins cher car le coût lié au prix de la main d'œuvre est réduit.

La facilité d'utilisation est un élément important pour qu’un éco-matériau se développe parce que les entreprises vont préférer les matériaux facile d'utilisation et ce sont ces matériaux qu'elles vont proposer à leur client.

Les éco-matériaux ne sont pas systématiquement plus chers que des matériaux conventionnels.

Cependant  « un mur en chanvre coûte 40% plus cher qu'un mur de briques, et deux fois plus cher qu'un mur en parpaing selon M. Pierre Possémé, vice-président de la Fédération Française du Bâtiment (FFB). La laine de chanvre en 2006 était 2 à 3 fois plus chère que la laine de verre ou celle de roche. »

Cette différence de prix va diminuer avec la structuration de ces nouvelles filières et l’industrialisation prévue pour la filière de chanvre. 

Source : Les éco-matériaux en France État des lieux et enjeux dans la rénovation thermique des logements -Mars2009

www.cdurable.info

éco construction

 
Haut de page