Commerce équitable

[…] Le commerce équitable constitue un partenariat commercial, basé sur la transparence et le respect, qui recherche plus d’équité dans le commerce international   […]

Le commerce équitable est un partenariat commercial, basé sur la transparence et le respect, qui recherche plus d’équité dans le commerce international. Le commerce équitable peut être défini comme un système d’échanges économiques respectueux de l’environnement et des droits des travailleurs. Le commerce équitable s’inscrit donc dans un processus de développement durable. Les acteurs du commerce équitable, s’engagent à appuyer activement les producteurs, à sensibiliser les consommateurs et à apporter des changements dans les règles et les pratiques du commerce conventionnel. Le commerce équitable a pour but de permettre à des producteurs et des travailleurs des pays en voie de développement d’acquérir autonomie et autosuffisance économique. Le commerce équitable consiste à garantir un revenu minimum aux producteurs et à leurs donner des garanties économiques suffisantes pour un développement à long terme.

Le commerce équitable concerne essentiellement les produits alimentaires (café, thé, cacao, bananes…), artisanaux (vêtements, poteries…) et bientôt les produits industriels (ballon de sport). Il poursuit plusieurs objectifs que ses tenants tant au Nord qu'au Sud se doivent d’appliquer :

  • un revenu durable pour améliorer les conditions de vie des producteurs, pour qu’ils puissent se nourrir, s’habiller, avoir accès à un habitat décent, à l’eau, à l’électricité, à la santé, à la scolarisation,
  • la création de débouchés pour commercialiser les produits auprès des consommateurs et permettre aux producteurs d’acquérir une véritable autonomie dans leur développement, en fournissant une prime de développement pour des investissements collectifs respectant des engagements sociaux (respect des règles de l’Organisation internationale du travail, transparence…),
  • le développement d’un réseau de consommateurs responsables en sensibilisant l’opinion publique aux déséquilibres des échanges internationaux.
  • une production respectant l’environnement (pas d’OGM, prime au bio…).
  • les conditions de travail sain et sûr pour les travailleurs.
  • la participation des enfants si elle n’affecte pas négativement leur bien-être, leur sécurité, leur conditions éducatives, et leur besoin de jouer. Cela doit être conforme à la convention des Nations-Unies sur les droits des enfants ainsi qu'aux lois et normes du pays concerné.

Des grands groupes et associations nationales et internationales font la promotion du commerce équitable, notamment l'association FLO (Fairtrade Labelling Organizations), qui est une association de 20 initiatives de labellisation équitables situées dans plus de 21 pays notamment en France, attribué par l'association Max Havelaar. Max Havelaar n'est pas une marque mais une association qui appose un label sur des produits garantissant les principes du commerce équitable.

L'obtention du label répond à des conditions très précises et implique l'engagement de tous les acteurs de la filière "équitable": petits producteurs, importateurs, torréfacteurs. Aujourd'hui, le commerce équitable concerne différents produits de consommation courante : le café, le thé, le miel, la banane, le cacao, le sucre, les fruits frais et les jus de fruits et depuis peu le coton, les cosmétiques et les fleurs qui respectent dans leur processus de production les droits de l'Homme et l'environnement.

En 2006, chaque français a consacré environ 2,80€ aux produits labellisés Max Havelaar, soit une progression de 40% par rapport à 2005. Les achats des Français ont un impact direct pour 152 organisations de producteurs et travailleurs réparties dans 44 pays d'Amérique latine, d'Afrique et d'Asie, soit plus de 250 000 personnes bénéficiaires. Entre les producteurs du Sud et les consommateurs français, actuellement environ 160 marques proposent actuellement plus de 1500 produits labellisés Max Havelaar alimentaires et non alimentaires.

D’autres comme l’IFAT (International Federation for Alternative Trade, ou International Fair Trade Association) ainsi que de nombreuses autres fédérations, syndicats et ONG partagent le même objectif à savoir : promouvoir et faciliter une consommation équitable au Nord dans le but de permettre le développement des producteurs marginalisés du Sud.

En 2007, cette forme alternative de commerce équitable a bénéficié à plus de 549 coopératives et associations certifiées dans plus de 59 pays, sans compter l’artisanat équitable. En 2008, les ventes de produits certifiés équitables étaient estimées à plus 2,800 milliards d'euros qui correspond à une augmentation de 22 % par rapport à l'année 2007. Au total, plus 4 millions de producteurs et travailleurs défavorisés des pays en voie de développement  bénéficient directement du commerce équitable.

 

commerce equitable

Source : Fairtrade Labelling Organizations International, Annual Reports.

 
Aujourd’hui, le commerce équitable s’articule autour de 40 pays de vente, avec plus de 80 000 points de ventes et 2000 entreprises partenaires. C’est environ 80 millions de foyers qui consomment des produits provenant du commerce équitable favorisée par l’adoption de ceci par des marques internationales :

  • Starbucks : 1er acheteur mondial de café équitable – doublement des achats en 2009
  • Cadbury : labellisation de sa filière cacao Ghana (10.000 T en 2009)
  • Unilever - Ben &Jerry’s: glaces équitables (4 parfums)
  • Verkade (United Biscuits) : lancement chocolat équitable au Pays bas (2009)
  • Marks & Spencer : l’intégralité du café et du thé sont labellisés CE (2006)
  • Sainsbury’s : l’intégralité des bananes sont labellisées CE (2007)
  • Malongo : plus de 40% de ses achats de café en commerce équitable

Avec 60 à 70% des volumes commercialisés, l'Europe offre ses principaux débouchés au commerce équitable. Les ventes ont en moyenne progressé de 30% par an depuis 2000, ce qui fait du commerce équitable l'un des secteurs économiques les plus dynamiques d'Europe. En France, le marché des produits équitables labellisés s’élèvent à 256 millions d’euros, avec près de 2800 produits labellisés, commercialisés par plus de 180 entreprises dont 2/3 des ventes s’effectuant en grandes surfaces.

On trouve des produits équitables dans plus de 55 000 supermarchés et plus de 2800 boutiques spécialisées. Aujourd'hui, environ 200 organisations importent des produits équitables en Europe. Ces organisations importatrices s'approvisionnent pour 40% en Asie, 34% en Amérique latine et 26% en Afrique.

Sources: Rapport "Fairtrade in Europe 2005" de la plate-forme FINE et la Tribune du 5/10/06

Les grandes distributions ont le monopôles des ventes de produits issus du commerce équitable. Cependant de nombreux magasins indépendants commercialisent également des produits et objets de commerce équitable.

  • Artisans du Monde, enseigne présente dans toute la France, qui propose à la fois des produits d’alimentation, du textile et de la décoration.
  • Altermundi, crée en 2003,  spécialisé dans tous types de produits équitables et présent sur plusieurs continents Asie, Afrique, Amérique latine et également présente en France.
  • Sira Kura, Créé en 2000, SIRA KURA s’est positionné dès ses débuts en tant que centrale d’achat d’artisanat équitable spécialisée vers l’Afrique de l’Ouest. Sa principale activité consiste à importer directement des produits artisanaux en provenance du Mali, du Burkina Faso et du Niger et à les distribuer en France et en Europe.
  • Matières et nuances, présent en France propose une gamme d’objets décoratifs

Exemple de Migros (Suisse) : le sucre de canne Bio du Paraguay

commerce equitable

 Source : Climatop / 08.09.2008

 

Il obtient ici un meilleur produit non seulement du point de vue de la protection du climat, mais aussi sous d'autres aspects environnementaux (effet de serre…).



Haut de page