Bio carburant

[...] La politique française a permis l’essor de la première génération de bio carburant et l’industrialisation de la filière plaçant ainsi la France en leader Européen des bio carburants [...]

Les bio carburants sont des combustibles liquides ou gazeux utilisés pour alimenter des moteurs et produits à partir de la biomasse. Ils peuvent provenir de l'agriculture, de la sylviculture, de la transformation de produits animaux ou de la fraction biodégradable des déchets.

Les deux principaux agrocarburants (bio carburant d’origine agricole) utilisés à ce jour sont le bioéthanol et le biodiesel. Ces bio carburants sont issus de la transformation du blé, du maïs, du colza, du soja, de la canne à sucre, de l’huile de palme ou de la betterave. La capacité annuelle de production mondiale de biodiesel est évaluée à 51 milliards de litres.

 Il existe deux grandes filières de production de bio carburant  de première génération :

  • Les alcools, obtenus à partir de cultures riches en sucre ou en amidon (sorgho, betterave) : bioéthanol (éthanol) qui peut être utilisé à 100 % en remplacement de l'essence. Les plus grands utilisateurs d'éthanol sont le Brésil et les Etats-Unis.
  • Les huiles, obtenues à partir des graines oléagineuses (colza, soja, tournesol) : ester d’huile végétale. La fluidification de l'huile permet d’obtenir ce que certains appellent le Biogazole, d'autres le Diester, utilisé pour les véhicules diesels. 

Bioéthanol : Biocarburant provenant de la fermentation des sucres issus de céréales et de plantes sucrières. En Europe, il peut être utilisé en mélange à de l’essence jusqu’à 5% à condition de respecter les spécificités des carburants.

Biogazole de synthèse : "Procédé NExBTL" : Biodiesel de seconde génération de haute qualité, synthétisé à partir d’huile végétale et de graisses animales. Ce bio carburant peut être utilisé directement et sans limite dans la filière gazole.

Biomasse : Ensemble des matières organiques issues du vivant accessibles sur une base renouvelable durable : cultures dédiées (forêts, céréales, oléagineux, etc.), co-produits et résidus de ces cultures (pailles et tiges, résidus forestiers), résidus de diverses activités (papeteries, scieries, palettes, certains types de déchets industriels et ménagers).

BTL : "Biomass to liquid" : Transformation de la biomasse en hydrocarbures liquides en passant par une étape de gazéification.

En Europe, les agrocarburants consommés ont représenté l'équivalent de 10 millions de tonnes équivalent pétrole (Mtep). Biodiesel et bioéthanol ont ainsi représenté 3,3% du contenu énergétique des carburants consommés en Europe pour les transports routiers.

Source : actu-environnement.com  et rapport EurObserv'ER 2008

 

La France compte des distilleries de betteraves et de céréales actuellement. Voici une carte situant les producteurs d'éthanol en France, ainsi que leur production :

bio carburant

Source : Passions Céréales

La politique française face aux biocarburants a permis l’essor de la première génération de bio carburant et l’industrialisation de la filière bio carburant plaçant ainsi la France en leader Européen. Cette première génération de bio carburant reste néanmoins très fortement limitée de par les surfaces trop importantes qu’elle mobilise et une difficulté à atteindre les 10% d’incorporation dans les transports en moyenne. Il y a donc une nécessité d’industrialiser la seconde génération à l’horizon 2015 en améliorant le bilan carbone par rapport à la première génération, et en développant la recherche sur les projets de troisième génération.

Selon une étude Ipsos parue en février 2008, plus de 8 français sur 10 se déclarent prêts à utiliser du bioéthanol pour lutter contre le réchauffement climatique.

Cette étude révèle un véritable plébiscite des français pour les carburants "propres" puisque 80 % envisagent d'utiliser du bioéthanol. Ils sont également 80 % à penser que le développement du bioéthanol doit rester une priorité pour la France et à envisager l'achat d'un véhicule Flex-Fuel. 83 % considèrent que le développement du bioéthanol en France n'est pas assez rapide mais qu'il permet de réduire notre dépendance énergétique vis-à-vis du pétrole. Enfin, 88 % estiment qu'il faut augmenter le nombre de pompes distribuant du bioéthanol en France et 76 % que la filière bioéthanol crée des emplois.

source : Etude IPSOS réalisée en février 2008 auprès d'un échantillon représentatif de 1014 personnes âgées de plus de 15 ans

Les bio carburants sont ils bons pour la planète ?

Le carbone émis lors de la combustion de biocarburants (filière huile ou filière éthanol) a préalablement été fixé par les plantes (palme, colza, maïs, blé, bois ...) lors de la photosynthèse. Le bilan carbone semble donc a priori neutre et le recours à cette énergie permet d'éviter des émissions supplémentaires de gaz à effet de serre.

Mais la production de ces biocarburants requiert un travail humain, donc une consommation de carburant et éventuellement d'autres produits, dont l'usage produit aussi des GES (gaz à effet de serre) . Pour mesurer le gain en termes d'émission de GES, il s'agit de faire le bilan énergétique de la production d'agrocarburants.

Les biocarburants ont pu offrir un débouché agricole à des productions et, ainsi, maintenir les prix.

Selon un rapport de la Banque mondiale sur l'évolution des prix alimentaires entre 2002 et 2008, près de 75 % de leurs hausses serait imputable aux mouvements financiers spéculatifs utilisant les politiques de soutien aux agrocarburants dans l'Union Européenne et aux États-Unis.

De plus la production des bio carburants d’origine agricole ne doit pas se faire au détriment de la nourriture de la population humaine.

La politique de développement de bio carburants en leur forme actuelle (première génération) est donc contestable.

cleantech

 
Haut de page